En continuant à naviguer sur ce site, vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience.

ECTS (European Credit Transfer and Accumulation System) ou « système de crédits » est une méthode qui permet d'attribuer des crédits à toutes les composantes d'un programme d'études. La définition des crédits au niveau de l'enseignement supérieur se base sur les paramètres suivants : charge de travail de l'étudiant, nombre d'heures de cours et objectifs de formation.
Ce système est centré sur l'étudiant, basé sur la charge de travail que ce dernier a à réaliser afin d'atteindre les objectifs du programme qui se définissent en termes de connaissances et de compétences à acquérir.

Comment l'ECTS a-t-il évolué ?

Mis en place en 1989 dans le cadre du programme Erasmus, l'ECTS est le seul système de crédits qui ait été expérimenté et utilisé avec succès en Europe. À l'origine mis en œuvre pour assurer le transfert de crédits, il a permis de faciliter la reconnaissance académique des périodes d'études réalisées à l'étranger, et de développer qualitativement la mobilité des étudiants en Europe. Depuis peu, l'ECTS évolue vers un système d'accumulation de crédits mis en œuvre au plan institutionnel, régional, national et européen. C'est l'un des objectifs clés de la Déclaration de Bologne de juin 1999.

Pourquoi l'instaurer  ?

L'ECTS facilite la lecture et la comparaison des programmes d'études pour tous les étudiants, tant locaux qu'étrangers. Il facilite également la mobilité et la reconnaissance académique. L'ECTS aide les universités à organiser et à réviser leurs programmes d'études. Le système peut s'utiliser dans le cadre de programmes et de modes d'enseignement diversifiés. Il renforce l'attractivité de l'enseignement supérieur européen pour les étudiants d'autres continents.

Caractéristiques

Le travail à fournir par un étudiant à plein temps pendant une année universitaire correspond à 60 crédits. La charge de travail d'un étudiant inscrit dans un programme d'études à plein temps en Europe étant, dans la plupart des cas, d'une durée d'environ 1500-1800 heures par an, la valeur d'un crédit représente donc environ 25 à 30 heures de travail.

Comment allouer des crédits ECTS ?

Les crédits ECTS ne s'obtiennent qu'après l'achèvement complet du travail à fournir et réaliser et l'évaluation appropriée des résultats de l'apprentissage. Ceux-ci correspondent à un ensemble de compétences définissant ce que l'étudiant saura, comprendra, ou sera capable de faire après avoir achevé son parcours de formation, qu'elle qu'en soit la durée.La charge de travail de l'étudiant à prendre en considération dans l'ECTS concerne la définition du temps nécessaire à accomplir toutes les activités éducatives, telles qu'assister aux cours, participer à des séminaires, étudier de manière indépendante et personnelle, se préparer et se soumettre aux examens, préparer des projets …

Des crédits sont attribués à toutes les composantes d'un programme d'études (modules, cours, stages, dissertations, thèse …), en fonction de la quantité de travail que chaque activité requiert pour réussir ses objectifs propres par rapport au travail total nécessaire pour achever une année complète d'études avec succès.

Les résultats de l'étudiant sont sanctionnés par une note locale ou nationale. Un exemple de bonne pratique consiste à ajouter un grade ECTS, en particulier en cas de transfert de crédits.

Les formations de niveau III

La Direction régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Bretagne a délivré son autorisation pour l’attribution des ECTS aux diplômes de niveau III, soit 180 ECTS délivrés en 2014. Au regard de ce calendrier, ASKORIA a mis en place en 2012 les premières validations de semestre sur les quatre formations qu’elle propose, sanctionnées chacune par la délivrance d’un diplôme d’État : assistant de service social, conseiller en économie sociale familiale, éducateur spécialisé, éducateur technique spécialisé.

Le dispositif européen ECTS conduit à une évaluation constante des formations, organisées en modules, tout au long de l’année. Les étudiants se doivent désormais d’intégrer cette exigence et ses modalités (contrôles continus, commissions de validation de semestre…) dans leur apprentissage des métiers. De leur côté, les acteurs pédagogiques sont davantage en mesure d’expérimenter leurs outils de suivi et de réajuster au besoin.

L’étape de la validation de semestres devient un véritable outil mis au service de la pédagogie et du suivi de l’étudiant en cours de formation, et des difficultés éventuelles à étayer.

Les formations à l’encadrement et de direction : CAFDES et DEIS

CAFDES
Depuis 2007, année de réforme du diplôme permettant son inscription dans l’espace européen de l’enseignement supérieur et son accès par la VAE, la formation CADFES est convertie en 120 ECTS :
- la formation s’inscrit dans l’espace européen de l’enseignement supérieur ;
- le diplôme est structuré à partir du référentiel en 4 domaines de compétences (DC). Ces derniers sont traduits en 4 domaines de formation (DF) déclinés chacun en Unité d’Enseignement (UE).

Cette nouvelle architecture de la formation favorise la diversification des voies d’accès au diplôme (VAE et passerelles entre formations). Chaque diplômé reçoit depuis le cycle 2007/2009 un supplément au diplôme délivré par l’EHESP.

DEIS
Parce qu’en correspondance avec un Master 2, le DEIS (diplôme d’État d’Ingénierie sociale) est automatiquement traduit en 120 crédits européens.