En continuant à naviguer sur ce site, vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience.

Sur trois continents (Europe, Amérique et Afrique) et sur les départements d’Outre-Mer, ASKORIA identifie et sécurise près d’une centaine de terrains de stages. De projets d’ingénierie en visites d’étude en passant par des missions spécifiques, une dizaine de formateurs d’ASKORIA se déplace chaque année pour aller à la rencontre des professionnels de terrain étrangers et se rendre compte, sur place, de la qualité de l’accueil, de l’accompagnement et des apprentissages possibles. Chaque rencontre représente également l’occasion de réaliser, sur site, les visites de stage pour les étudiants d’ASKORIA ou de ses institutions partenaires. 

Des liens particulièrement étroits sont créés, depuis les années 2000 le Maroc, le Québec, le Mali, et, en Europe, dans une dizaine de pays membres de la Charte ERASMUS, avec la formalisation de protocoles d’entente sur l’échange régulier d’étudiants stagiaires et de professionnels.

Pour les formateurs d'ASKORIA, chaque mobilité représente également l’occasion de vérifier l’importance de ces rencontres pour les trois acteurs de l’alternance (le stagiaire, le terrain de stage et le centre de formation) : nécessité de reprendre les attendus de la formation - notamment en articulation avec le référentiel de compétence - et d’insister sur la notion d’apprentissage professionnel (logique d’acquisition de compétences, d’évaluation, d’expérimentation). Pour l’étudiant, c’est un temps de formalisation des apprentissages réalisés qui sont bien souvent à identifier dans un contexte très décentré de ce qu’il a pu rencontrer précédemment. C’est là une phase de remobilisation, de soutien, de cadrage, d’expression des difficultés.

ASKORIA puise dans ces rencontres une ouverture à d’autres pratiques, d’autres outils professionnels, mais surtout une compréhension des logiques et des réalités différentes. Ces visites  aident à la connaissance mutuelle et permettent de mieux préparer les stages futurs.


Une commission de validation des candidatures à la mobilité

Tout stagiaire d'ASKORIA souhaitant effectuer dans le cadre de sa formation un stage à l'étranger doit faire acte de candidature. Son dossier de mobilité internationale est alors instruit par une commission ad hoc. La commission statue sur la candidature de l'étudiant(e) et émet un avis favorable, défavorable ou réservé. La délivrance d'un avis favorable, à ce stade, ne préjuge pas d'une validation définitive du projet de mobilité : cet avis ne vaut qu'accord invitant l'étudiant(e) à pousuivre ses recherches.

La commission de validation instruit les dossiers à l'aulne de plusieurs critères :
- Le renseignement exhaustif du dossier de candidature.
- La motivation de l'étudiant(e), la pertinence du projet, son adéquation avec les attendus de la formation (les avis des référents pédagogiques sont ici essentiels).
- L'adéquation entre les compétences linguistiques de l'étudiant(e) et le lieu de stage envisagé; un départ peut être conditionné à une inscription à des cours d'initiation à la langue du pays d'accueil.
- La rigueur et le réalisme du budget présenté par l'étudiant.
- La situation gépolitique de la destination de mobilité envisagée.
- La connaissance des expériences déjà vécues par d'autres étudiant(e)s au sein du lieu d'accueil pressenti.
- Le parcours de l'étudiant(e), ses ressources sur place  (familiales, sociales, professionnelles), notamment si l'étudiant est seul à solliciter une destination.
- La prise en compte et la mesure par l'étudiant(e) des contraintes liées à la mobilité : rattrapage des cours, préparation à distance des dossiers.


Choisir un terrain de stage

En Europe

Thématiques transversales identifiées : autre modèle du travail social sur le handicap, approche culturelle et environnementale, approche communautaire, protection de l'enfance, art-thérapie, politique d’immigration, théorie de l’empowerment.
Types d'établissements :
- structures d’accueil pour petite enfance, enfants et adolescents et adultes en situation de détresse et d’exclusion sociale 
- centres pour prise en charge d’enfants, adolescents et adultes porteurs de handicap (déficience intellectuelle, handicap sensoriel) 
- services résidentiels et thérapeutiques pour personnes sourdes 
- associations intervenant dans la lutte contre les violences faites aux femmes (les conflits conjugaux) 
- associations et/ou ONG intervenant dans le domaine de l’éducation à la santé, de la prévention, de l’éducation de public fragilisé 
- associations ayant pour but d'assurer et de promouvoir le droit des personnes handicapées, enfants - adolescents, adultes, à une vie sereine et intégrée au sein de la société 
- fondations pour les populations en situation d’errance 
- centres d’accueil pour jeunes filles mères 
- centres de migrants

Au Québec

Thématiques transversales identifiées : approche d’intervention souvent basée sur la théorie de l’empowerment, méthodes cognitivo-comportementales, médiation animales, longues pratiques de l’évaluation, recherche-action, travail communautaire, approche féministe.
Types d'établissements :
- centres pour femmes victimes de violence conjugale 
- centres jeunesse (en lien avec la protection de l’enfance) 
- centres d’accueil pour jeunes de 12 à 18 ans en situation de décrochage scolaire 
- foyers pour les personnes en situation d’errance
- établissements orientés vers la réinsertion sociale d’hommes et de femmes en situation d’addiction

Au Maroc

Thématiques transversales identifiées : prise en charge de grands groupes d’usagers, création et financement de projets.
Types d'établissements :
- centres de post-cure 
- institutions s’occupant d’enfants et adolescents trisomiques 
- partenariat privilégié avec le Centre Mohammed IV des handicapés 
- associations accueillant des enfants des rues

À Madagascar

Types d'établissements :
- associations françaises à but humanitaire disposant de centres d’accueil, centres de soin, orphelinat, crèches solidaires
- organisations travaillant avec des publics d’enfants et des jeunes mères en difficultés 
- associations d’aide aux personnes en situation de handicap

Au Mali

Compte tenu des événements qui secouent le pays, les départs en stage vers cette destination sont suspendus jusqu'à nouvel ordre.
Thématiques transversales identifiées : la dimension communautaire du travail social malien nous parait un vrai atout pour nos étudiants qui pourront mieux, à l’avenir, se projeter dans un travail social à dimension collective. Il reste que c’est un travail qui réclame une implication constante de tous les acteurs. Par ailleurs, le retour des étudiants est aussi un moment fort où la mutualisation des expériences est à développer.
Types d'établissements :
- centre de soins (Centre hospitalier universitaire, centre de santé de référence ou le travail social s’articule fortement avec le médical, mais permet également un travail social orienté vers des actions de prévention, d’information, d’éducation et d’aide aux plus démunis)
- structures d’accueil pour petite enfance (enfants et adolescents en situation de détresse et d’exclusion sociale, enfants migrants, abandonnés, perdus, maltraités) ; internat et milieu ouvert
- centres pour prise en charge d’enfants, adolescents et adultes porteurs de handicap (déficience intellectuelle, handicap sensoriel)
- association et/ou ONG intervenant dans la lutte contre les violences faites aux femmes (lutte contre les mariages précoces, les mutilations génitales, les conflits conjugaux) et/ou les mineurs (protection des aides familiales, des enfants travailleurs) dans le domaine de l’éducation à la santé, de la prévention, de l’éducation de public fragilisé (porteurs du VIH…)
- centres de détention et de réinsertion pour femmes (avec ou sans enfants) et pour mineurs.

En Amérique  latine

Pérou : association de crèches en faveur des enfants et de leurs familles, pour la plupart monoparentales, des bidonvilles de la 2ème ville du pays.
Brésil : association ayant pour but de réintégrer dans la société les enfants et les adolescents en situation de risque, essayant de les rendre à leur famille d’origine où en les accueillant pendant dans longues périodes, offrir aux enfants une chance pour un meilleur futur, en-dehors des rues.


Aides aux départs

De nombreux financements individuels ou collectifs publics ou privés sont disponibles pour les étudiants qui souhaitent réaliser une période d’étude ou de stage à l’étranger.

Conseil régional de Bretagne : « Jeunes à l’international »

Le Conseil régional de Bretagne met en place un dispositif unique d’aide à la mobilité individuelle : « Jeunes à l’international » afin de favoriser la mise en œuvre d’une mobilité progressive au fur et à mesure du cursus.
« Jeunes à l’International » finance :
- les publics pré-bac (niveaux IV et V), par une aide forfaitaire de 460 Euros, avantageuse pour soutenir les mobilités qui se déroulent sur des courtes durées.
- les publics post-bac (à partir des niveaux III), sous conditions de ressources, par une aide mensuelle plafonnée à 60 jours, intéressante pour soutenir les mobilités qui se déroulent sur des longues durées.

Pour les post-bac :
- forfait départ de 150 Euros, pour tous les candidats,
- montant journalier égal à 6,65 Euros par jour pour tous les candidats, dans la limite de 60 jours (soit 200 euros/mois),
- bonus de 5 euros par jour pour les candidats boursiers sur critères sociaux de la Région, dans la limite de 60 jours (soit 150 euros/mois),
- bonus de 5 euros par jour pour tous les candidats en situation de handicap, dans la limite de 60 jours (soit 150 euros/mois).

Erasmus

Titulaire de la Charte ERASMUS+, ASKORIA peut à ce titre bénéficier d'enveloppes financières de l'Europe pour faciliter la mobilité de ses étudiants sur le territoire de l'Union européenne. ASKORIA instruit chaque projet de mobilité de ses étudiants et au regard des décisions prises, attribue une allocation de mobilité :
- pour les études : 160 Euros par mois,
- pour le stage : 350 Euros par mois.
Pour les stagiaires de niveau IV et V (technicien de l'intervention sociale et familiale, moniteur éducateur, animateur social, accompagnant éducatif et social, ...), le montant mensuel de l'allocation de mobilité de stage en Europe peut être sensiblement supérieur; il est notamment fonction du pays de destination et de la durée du stage.

Autres sources de financements possibles

Centre Régional Information Jeunesse
www.enroutepourlemonde.org : réalisé par le CRIJ Bretagne, ce site propose des conseils, des adresses utiles, des informations sur les programmes et des témoignages sur la mobilité à l'étranger.

Région Bretagne
Bourse "Coup de pouce solidarité internationale" : www.bretagne-solidarite-internationale.org

Le Conseil général de votre département
Côtes d’Armor
Prime à la mobilité individuelle : pour les étudiants ou lycéens costarmoricains (dont les parents sont domiciliés dans les Côtes d’Armor), quel que soit le lieu d’étude, effectuant un stage à l’étranger. 4 semaines minimum, dans tout pays, y compris dans les Dom-Tom. Aide variant selon durée et lieu, accordée en fonction des ressources de la famille.
www.cotesdarmor.fr/citoyennete/leducation/les_aides_aux_etudes
Finistère
Aide à la mobilité Horizons :  pour les étudiants finistériens (foyer fiscal familial dans le Finistère), quel que soit le lieu d’études. Pour les étudiants non finistériens inscrits dans un établissement du département : stage ou études de 2 mois minimum dans tout pays. Aide selon un barème distance/durée (dans la limite de 6 mois) basée sur des critères de ressources familiales. Cumulable avec la bourse départementale Horizons ou toute autre bourse du même type. Sont exclus les séjours dans les régions ultrapériphériques de la France (DOM-TOM, collectivités territoriales…).
www.cg29.fr, page sur le dispositif Horizons
Morbihan
Campus Trotter 56 : pour les étudiants morbihannais de 18 à 26 ans, quel que soit le lieu d’étude, effectuant un stage, un séjour d’études ou un séjour de recherche de 4 semaines minimum à l’étranger ou dans les Dom. Foyer fiscal des parents dans le Morbihan, ou si l’étudiant est fiscalement indépendant, foyer fiscal de l’étudiant dans le Morbihan. Plafond de revenu brut global à respecter. Bourse de 400 à 800 Euros selon la destination et la durée du séjour.
www.morbihan.fr/actions/Europe-int/mobilite/bourses
Ille et Vilaine
La bourse « Jeunes à Travers le Monde » : aide individuelle pour des actions innovantes, des défis qui dépasse le seul intérêt du demandeur et qui possèdent des retombées significatives pour l`Ille-et-Vilaine. Séjours à l’étranger d’une durée minimale de 3 semaines. Cette Bourse est accordée aux jeunes du département âgés de 18 à 30 ans inclus et pour des projets individuels ou collectifs (jeunes habitant en Ille-et-Vilaine depuis au moins un an ou dont les parents habitent en Ille-et-Vilaine depuis au moins un an). Stages et études : 50 Euros par semaine échue plafonnée à 500 Euros.
www.international-jtm.com

Les communes
Ville de Rennes : aide financière de la ville de Rennes à des projets associatifs ou d’établissement pour des projets de type : voyages et échanges avec l'étranger dans le cadre du Fonds d'échanges internationaux ; voyages de coopération avec des pays du Sud dans le cadre du Fonds d'aide au développement.
www.metropole.rennes.fr/pratique/infos-demarches/etrangers-international/aide-aux-projets-a-l-international
www.mirennes.fr (Maison internationale de Rennes)