En continuant à naviguer sur ce site, vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience.

2017

La participation des usagers à l'évaluation de l'activité en protection de l'enfance

La deuxième phase de la recherche franco-québécoise sur l’évaluation des pratiques professionnelles en protection de l’enfance vise à interroger et analyser les mécanismes (outils et instances) qui sont mobilisés dans les établissements sociaux et médico-sociaux offrant des prestations relatives à la protection de l’enfance, pour impliquer les usagers dans la démarche d’évaluation interne. Les résultats de l’enquête menée dans les établissements français pointent des récurrences dans les propos des acteurs notamment quant à l’inadaptation de certaines démarches participatives promulguées par la réglementation sectorielle face aux spécificités des accompagnements en protection de l’enfance (temporalité courte, cadre contraint,…). Ces éléments convergents ne doivent cependant pas laisser supposer que les pratiques seraient uniformes, chaque établissement ayant mis en place des stratégies et dispositifs différents quant à la participation des usagers à leur démarche évaluative. Afin de préserver cette diversité de méthodes, chaque région française a fait l’objet d’une restitution ad hoc dans des monographies de site dédiées. Ces éléments descriptifs ont ensuite été analysés via un système d’appréciation permettant de catégoriser les différentes pratiques à l’œuvre dans les établissements enquêtés.   

Un article croisant les enseignements français et québécois est actuellement en cours de rédaction.

 

Auteurs : ASKORIA, IRTS de Lorraine, IRTS Normandie-Caen, IRTS La Réunion.

Synthèse de l'étude française - Janvier 2017
Récapitulatif des contributions françaises - Janvier 2017

2016 - 2017

La mobilité internationale des étudiants de l'intervention sociale en France et au Québec : effets et enjeux

Cette recherche s’inscrit dans le cadre d’un partenariat initié en 2005 entre des organismes de formation en travail social français et des centres jeunesse québécois1. Des échanges sur les pratiques professionnelles et l’accueil de stagiaires français dans les centres jeunesse ont donné naissance au « Partenariat France-Québec pour la mobilité dans le secteur de l’intervention sociale ».

Au fil de ses travaux et de ses missions, le Réseau d’intervention sociale France-Québeca déployé des énergies pour favoriser le développement de la recherche dans le domaine de l’intervention sociale jeunesse, l’évaluation des processus de travail dans ce secteur et l’impact des interventions sur les populations des établissements partenaires (étudiants ou usagers) ainsi que le transfert d’expertises et de connaissances. Ce travail de collaboration entre la France et le Québec a aussi permis d’accueillir dans le réseau québécois des services sociaux « jeunesse » de jeunes stagiaires français qui, pour certains, sont devenus employés des établissements concernés.

Dans le cadre de ce partenariat, les organismes se sont engagés à réaliser une étude dont l’objectif est de mieux connaître les effets des stages à l’étranger, d’une part pour les étudiants-stagiaires et, d’autre part, pour les organisations qui les reçoivent.

Les axes de recherche qui ont constitué le fil conducteur de ce projet sont les suivants :
- Les impacts pour les étudiants : quels sont les effets du séjour à l’étranger en termes d’acquisition de savoirs et de nouvelles compétences ?
- Les impacts pour les professions : quels sont les modes d’appropriation et de transposition de ces compétences dans la pratique professionnelle ?
- Les impacts pour les organisations : quels sont les effets de l’accueil d’étudiants-stagiaires étrangers pour les milieux de travail ?

Auteurs : Corinne Chaput, Martine Duperre, France Nadeau, Eugénie Terrier
Réseau en intervention sociale France Québec : ASKORIA ; Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la capitale nationale Québec ; IRTS Normandie-Caen ; Université de Laval (Québec)

Rapport synthèse - Juillet 2016
Rapport de recherche - Janvier 2017

2015

Le déploiement du programme de réussite éducative dans l'Ouest de la France

La Direction Recherche et Prospective a contribué à la recherche Inégalités éducatives et construction des parcours des 11-15 ans dans leurs espaces de vie (INEDUC) pilotée par le laboratoire ESO et financée par l’Agence Nationale de Recherche (ANR). Il s’agit d’une enquête menée au sujet du déploiement du programme de réussite (PRE) en Basse-Normandie, Bretagne et Aquitaine (9 sites).

Rendu en juillet 2015, notre rapport revient sur l’implantation différenciée de ce programme suivant les sites urbains, périurbains et davantage ruraux tout en soulignant l’importance des dynamiques propres à chaque site, en particulier du point de vue des partenariats engagés. Ce travail vient enrichir la mobilisation de notre équipe depuis une dizaine d’années sur cette thématique de la réussite éducative et a donné lieu à plusieurs valorisations : lors d’un séminaire organisé par la DREP à ASKORIA en juin 2015, lors du colloque international INEDUC de septembre, en novembre pendant la journée thématique de l’EHESP et lors de la rencontre organisée par l’ANARE à Saint-Brieuc, ainsi qu’en décembre lors de la journée interrégionale de valorisation de la recherche UNAFORIS.

PRE : rapport final

Une analyse du système brestois d'action publique contre le décrochage

A Brest, l’étude de la Direction Recherche et Prospective a consisté à radiographier les instances, types de partenariats et jeux d’acteurs mobilisés sur cette thématique. Nous avons ainsi mis en exergue l’intérêt de rapprocher les stratégies et les outils mis en place actuellement sur deux scènes distinctes (décrochage scolaire : pilotage Inspection académique, CIO, Mission locale / décrochage avéré : pilotage BMO, Conseil régional). Nous avons aussi présenté une vision prospective de ce domaine d’action (tendances et ruptures possibles à 3/5 ans) et proposé que les acteurs locaux s’engagent sur une stratégie pluriannuelle combinant les actions de prévention, d’intervention et de remédiation.

Lutte contre le décrochage des jeunes, système brestois : note de mission

Accompagnement scientifique et évaluatif du déploiement en région Bretagne des Plateformes de Soutien et d'Accompagnement des Décrocheurs (PSAD)

L’étude des 17 PSAD qui couvrent l’ensemble de la Bretagne a été menée par notre équipe lors d’ateliers (12) fortement collaboratifs. Il s’agissait de stabiliser une connaissance partagée de ces dispositifs avec les acteurs locaux, départementaux et régionaux. A cette occasion nous avons caractérisé les territoires des PSAD suivant l’intensité du décrochage et avons produit une typologie des PSAD en tant que systèmes d’action.

Ce travail fait apparaitre trois types de configurations locales : les territoires métropolitains corrélés à des système d’action intégrés et stratégiques ; les territoires où villes moyennes et espaces ruraux sont équipés de systèmes d’action  structurés et fonctionnels et/ou en tension, les territoires traversés par de fortes différenciations (d’espaces ruraux aux conditions de vie stables et petites villes en déclin) correspondant à des systèmes d’action confrontés à des acteurs davantage autonomes.

Nos recommandations visent à aider à la mise en place d’une coordination régionale entre Conseil Régional, Rectorat et Missions locales. Il a fait l’objet de plusieurs communications lors du colloque international INEDUC de septembre 2015, de la journée thématique décrochage organisée par la Chaire de recherche sur la jeunesse (EHESP) en novembre et d’une journée départementale en direction des CIO et des responsables d’établissement.

PSAD : note de synthèse 
PSAD : rapport complet 

La dimension spatiale de l'enfance en danger

Soutenir les approches innovantes en protection de l’enfance suppose que les décideurs et intervenants accèdent à des analyses rigoureusement documentées. Financée par l’Observatoire National de l’Enfance en danger (ONED), la recherche menée par la DREP en collaboration avec l’APRADIS Picardie vise à étudier les besoins et les difficultés des familles concernées par l’Aide Sociale à l’Enfance selon les contextes territoriaux dans lesquels elles vivent.

A partir d’une comparaison de deux départements : l’Ille et Vilaine et la Somme, la démarche multifactorielle que nous avons menée met en lumière la répartition géographique des facteurs risques selon les types de territoires (urbain/rural ou périurbain). Très peu étudiée en France, cette thématique de travail vient faire écho aux perspectives écosystémiques (largement diffusées au Québec) et pourrait alimenter un pilotage davantage territorialisé des stratégies de prévention et de protection de l’enfance. Au vu du rapport produit, le comité scientifique de l’ONED a souligné l’opportunité de mener une seconde phase de recherche plus qualitative.

Les résultats de cette recherche ont été valorisés lors du colloque international INEDUC organisé par l’Université de Rennes 2 en septembre 2015 et de la Journée interrégionale de valorisation de la recherche organisée par UNAFORIS de décembre 2015.

Lire la synthèse
Lire le rapport final

Les nouvelles stratégies de prévention et de protection de l'enfance (Volet A de la recherche-action avec le Conseil départemental d'Ille-et-Vilaine)

 Le premier semestre 2015 a été l’occasion de finaliser et valoriser les travaux issus des trois groupes recherche du volet A « Prévention et modes d’intervention alternatifs au placement ». Ainsi, chacun de ces groupes a produit un rapport sur des thématiques transversales et complémentaires destinées à alimenter par la connaissance les démarches expérimentales mises en place dans les 4 CDAS impliqués. Les travaux menés ont porté sur une analyse écosystémique des dossiers de placement (Groupe A), une approche théorico-clinique des modalités d’intervention en situation de crise ou d’urgence (Groupe B), tandis que le groupe C s'est davantage interrogé sur les spécificités des accompagnements parentaus en mobilisant des apports scientifiques tels que la théorie de l'attachement dans un contexte de prévention précoce.

2015 a également été l’année de finalisation et de restitution du travail d’évaluation des 4 expérimentations alternatives au placement piloté par le service d’évaluation et prospective (SEP) du Conseil départemental d'Ille-et-Vilaine. Dans ce cadre, notre équipe, associée à celle du Centre Interdisciplinaire d'Analyse des Processus Humains et Sociaux (CIAPHS), a pris en charge les investigations qualitatives (focus groupes et entretiens avec les professionnels et les familles – parents et enfants) et a participé à la rédaction du rapport livré en septembre.

Les enseignements issus de ces démarches de recherche soulignent l’importance de mettre en œuvre une évaluation globale de la situation permettant d’appréhender une problématique familiale dans son contexte social élargi. Cette approche « multidimensionnelle » suppose de ne plus seulement s’attacher au repérage des manques, carences et dysfonctionnements, mais de prendre en compte dans un même mouvement les compétences des familles et l’expression de leurs besoins. Ce qui ressort également de manière récurrente, c’est la nécessité de mieux intégrer les familles à leur propre accompagnement, y compris durant la phase d’évaluation, et ce afin d’élargir le spectre des possibilités de prise en charge pour éviter le placement, ou pour le moins, en limiter la durée.

Travaux du Comité régional du travail social de Bretagne

Le CRTS de Bretagne participe à la démarche globale d’observation, d’analyse et de prospective sur l’évolution des politiques sociales, des métiers du travail social et des formations qui s’y rapportent.

> Janvier 2015
"Les nécessaires évolutions des métiers et des formations sociales au regard des mutations du secteur social. Croisement des regards et propositions régionales".
Télécharger le rapport (texte intégral).