fbpx

En continuant à naviguer sur ce site, vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience.

seminaire pédagogique performance et bienveillance

Les 26 et 27 novembre 2020, les étudiants des parcours Ecole professionnelle et Bachelor en Travail Social de plusieurs écoles d’Askoria ont participé à un séminaire pédagogique innovant visant à déconstruire les représentations autour des notions de Performance et de Bienveillance à l'œuvre dans les établissements sociaux et médico-sociaux.

Articuler Performance et bienveillance

« Performance et Bienveillance », des notions décortiquées, mises en perspectives pendant ces 2 journées de conférences et d'ateliers créés en transversalité, et éclairés par l'analyse experte et inspirante de Roland Janvier, Chercheur en Sciences sociales et Président du Comité Régional du Travail Social de Bretagne, permettant aux étudiants d’activer la question de leur pouvoir d’agir sur les logiques d’organisation du travail, dans l’intérêt des personnes accompagnées.

La genèse : un constat de terrain croisant une volonté d’innovation pédagogique

« L’idée d’articuler performance et bienveillance est issue essentiellement des retours d’employeurs du secteur social et médico-social » explique l’équipe pédagogique à l’initiative de ce séminaire pédagogique. Le constat remonté par les terrains est que les « jeunes professionnel.le.s sont bien formé.e.s sur les plans de la connaissance des publics, des méthodologies d’intervention et des politiques sociales. Mais ils ont besoin d’être davantage préparés à l’acquisition d’une posture de coopération pour participer à la co-construction du projet de service, à être force de proposition dans les orientations de services ».

rolandjanvier

Comme l’exprime Roland Janvier, animateur fil-rouge de ces 2 jours, sur son blog « Dans le champ social et médico-social, la performance est à la une ! Il y a même une agence pour cela… L’idée est simple : les établissements et services sociaux et médico-sociaux doivent être performants, c’est en ce terme que se résume la réussite de leurs missions (…) Cela ne marche pas ? Heureusement ! »

(source : Blog Roland Janvier)

Ainsi, les responsables de services et les dirigeant.e.s de structures sociales et médico-sociales témoignent de types de postures professionnelles s’exprimant au sein des équipes, face à une forme d’injonction de performance :

  • une forme de soumission aux orientations  
  • un évitement, voire une opposition systématique aux orientations posées

Crédit illustration : Blog rolandjanvier.org

Un enjeu pédagogique fort : entre inspiration et mise en perspective

Le travail transdisciplinaire réalisé par les étudiantes tout au long du séminaire a été guidé par la volonté d’une déconstruction des représentations sur la performance qui, quand elle est articulée à la bienveillance, redonne une dimension professionnelle à la posture d'engagement du professionnel.

L’articulation théorie /pratique sur laquelle a reposé le séminaire a permis une appropriation par chacun de notions qui, a priori, paraissaient ardues, voire contradictoires. En repartant de leurs expériences de formation pratique (stages), les apprenants ont pu venir éclairer leur propre posture professionnelle.

Des Apports directement en lien avec ce qu’ils expérimentent sur les terrains actuels, en lien avec les politiques sociales actuelles, le management et la réforme des diplômes de niveau 6*.

Inspiré.e.s par cette expérience formative, ils.elles témoignent :

« Mon regard a évolué : la notion de performance me permet de mieux comprendre ma place en tant que professionnelle »

« L’intervention de R JANVIER a permis de casser les représentations, de prendre du recul. Bienveillance performance sont maintenant deux notions complémentaires pour moi ».

A l’issue, des étudiants portent une analyse réflexive sur leurs pratiques professionnelles : la Bienveillance se manifesterait davantage dans le développement de « petits » projets, ancrés dans le concret et le quotidien, au plus près des besoins des personnes. Des projets qui peuvent aboutir rapidement, où chacun trouve du sens et conserve sa motivation. Les « petits projets » seraient eux-mêmes générateurs de bienveillance.

D’autres énoncent l’importance de réussir à associer les paradoxes, tout en visant une quête d’équilibre.

« Comme beaucoup d’éléments arrivent en même temps, il arrive que la bienveillance ne permette pas la performance. Pour résoudre ces contradictions, il est important de ne pas laisser les professionnels seuls ».

Une construction visant la créativité et la collaboration

Un webinaire et des ateliers

Le séminaire a démarré avec 2H de visio-conférence de Roland JANVIER, et co-animée par Isabelle FIAND, responsable des programmes de transversalités pour les formations Bachelor à ASKORIA Rennes, sur les concepts, l’histoire et les enjeux des notions de performance et bienveillance dans le secteur social et médico-social.

Son approche propose « une distance critique du concept de performance tel qu’imposé par la technocratie rationaliste », un point de vue éclairant pour construire une grille de lecture de sa place dans une organisation, supposant de reconnaitre la place de l’Autre (usager, professionnels, partenaire...) :

  • L’approche conceptuelle des notions de performance et de bienveillance, et leurs interactions, ainsi que leur mise en dialectique
  • Une analyse des enjeux de ces notions dans les organisations du secteur social et médico-social
  • Une critique des intérêts et des limites de ces approches pour les publics, les professionnels et les organisations du secteur
  • Une ouverture sur leur place et rôle en tant que travailleurs sociaux, acteurs de la performance et bienveillance au sein de leurs organisations

L’après-midi d'ateliers a été animé par des professionnels de l’encadrement : anciens diplômés, stagiaires en formation management, réseau) à partir d’un guide d'aide méthodologique, autour du principe "transdiciplinaire" : les étudiants étaient répartis en sous-groupes de travail dans lesquels toutes les formations étaient représentées.

A partir d’un guide méthodologique ils ont mutualisé leurs expériences, constats, questionnements et analyses ; ce qui leur a permis de commencer à co-construire des grilles de lecture pour pourvoir être eux-mêmes acteurs de la performance-bienveillance au sein des organisations où ils sont en stage et où ils exerceront leurs métiers.

Les étudiants ont pu faire des liens et à mettre en perspective les propos du matin, grâce aux illustrations de situations professionnelles. 

Roland JANVIER a proposé une synthèse de la première journée de travail :

« En matière de travail social, la performance suppose le respect des droits. Complémentairement, la bienveillance repose sur des repères éthiques et déontologiques. Cette orientation nous éloigne de la course au résultat immédiat. La performance a pour objet de faciliter l’inclusion sociale, pour cela, la bienveillance élargit la compréhension des faits en croisant les savoirs en présence. Cette orientation nous éloigne de logiques disciplinaires fondées sur une culture dominante.

La performance repose sur la participation des usagers et la bienveillance sur le principe de co-construction. Cette orientation nous éloigne du chacun pour soi et du pouvoir de décider à la place de l’autre qui seraient garants d’efficacité.

La performance revient à accroître le pouvoir d’agir des acteurs et la bienveillance relie ce principe à la solidarité. Cette orientation nous éloigne de l’individualisation du traitement des situations sociales.

La performance participe de la promotion de la citoyenneté et en complément, la bienveillance vise la responsabilité partagée. Cette orientation nous éloigne du risque de « sous-citoyenneté » de certains. »

En jour 2, une capsule vidéo de Roland Janvier abordait le thème selon cette problématisation : "Performance et bienveillance une conflictualité à cultiver" sur la notion de conflictualité : réfléchir à comment, ou selon quelles modalités, le débat embarquant tous les acteurs d’une organisation peut être fécond et bénéfique à la performance et bienveillance.

« Si nous posons que la mise en œuvre de la bienveillance et de la performance dans un établissement ou service social ou médico-social crée une tension entre des systèmes de références pluriels, il nous faut nous intéresser aux relations conflictuelles qui existent entre les différentes parties-prenantes : quelles sont les positions des acteurs ? et comment passer de positions susceptibles d’être antagonistes à une fructueuse conflictualité des intérêts en jeu ? » 

La notion de conflictualité et de marges de manœuvre dont disposent les acteurs, en intégrant les personnes concernées, a pour but de « construire une organisation performante et bienveillante avec et pour autrui »

« Conflits/conflictualité », « consensus /compromis », des instances de conflictualité pour une dynamique organisationnelle », « la construction des désaccords un enjeu démocratique », « lever les malentendus », co construction, pouvoir d’agir des différentes parties prenantes… autant de notions et d’éclairage pour que chacun se les empoignent et fasse sens pour et dans sa propre pratique.

En conclusion du séminaire et en ouverture, une mise en perspective des travaux des étudiants a été fait pour travailler un propos autour de l’organisation « performante et bienveillante » et du rôle que les professionnels peuvent y jouer.

Des interview réalisés le vendredi matin par les étudiants stagiaires sur leurs terrains de stage ou d’apprentissage qui continueront au-delà des deux jours

Réconcilier l’individu et l’institution

Reprenant les termes de Roland JANVIER, nous pourrons conclure sur cette ouverture : 

« Les définitions de la performance assimilent ce terme à un résultat (sportif, statistique, mécanique). La première performance d’une organisation de travail social ne serait-elle pas de réconcilier l’individu avec l’institution – celle qui l’accompagne en premier lieu et l’institution sociale dans son ensemble en second lieu ?

Les définitions de la bienveillance font référence à la notion de bien-être : être bienveillant, c’est vouloir le bien de l’autre. Le bien-être est un « Sentiment général d'agrément, d'épanouissement que procure la pleine satisfaction des besoins du corps et/ou de l'esprit. »

Être bien pour soi et avec les autres, en l’intime de sa personne et dans la société, voilà une perspective qui, loin d’opposer bienveillance et performance, font converger les actions du travail social vers une perspective féconde ! » 

Retours des participants :

« Le travail de préparation de l'équipe de formation. L'éloquence et l'humilité de R.Janvier ainsi que sa connaissance du terrain et son partage d'expérience. La pertinence du travail en groupe. L'étayage de la théorie avec la pratique et réciproquement. L'enthousiasme de l'intervenant. La bonne traduction de la part de l'animatrice des questionnements des participants. L'adaptation au contexte. Merci !!!! » - 1 étudiant

« Deux jours passionnants pour servir les pratiques professionnelles » - 1 formateur

« Des modalités innovantes alliant les notions théoriques nécessaires au décodage des pratiques professionnelles » - 1 formatrice

« Une expérience vivante de la co-construction, échange, mutualisation de réflexion à des places différentes » - 1 membre de l'équipe organisatrice

« Je trouve que ces temps permettent également aux encadrants de voir différemment ces jeunes professionnels » - 1 membre de l'équipe organisatrice

« Cette réussite est le résultat d'un vrai travail d'équipe qui démontre les dynamiques à l'œuvre à Askoria ». - Roland Janvier

L'équipe organisatrice / ASKORIA

Intervenant fil rouge : Roland JANVIER

Formateurs.trices : Isabelle Mouraud, Isabelle Fiand, Céline Jouvin, Claude Blond-Poupard, Anne-Sophie Besneville

Secrétariats pédagogiques et équipe technique : Maryse Le Bozec, Sabine Chatte, Christelle Jarroux, Manuelle Bidaud