fbpx

En continuant à naviguer sur ce site, vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience.

Index de l'article

"Dans le processus de professionnalisation qui conduit à la diplomation, les compétences à acquérir sont nombreuses et elles amènent l’étudiant à franchir des étapes, incontournables à l’exercice du travail social.
Parmi elles, le travail sur les représentations initiales, la découverte de cultures différentes, le croisement de regard, la construction d’une identité professionnelle dans la confrontation à d’autres pratiques, tiennent une place importante. L’ouverture à l’Europe et l’international participe de cette professionnalisation en créant des situations d’apprentissages propres à déclencher des adaptations, porteuses de changements.

Journee international Sortir du cadre 2019WEB250


S’ouvrir à l’Europe et l’International dans un contexte de développement des migrations, et d’interpénétration des cultures c’est également se confronter à la différence pour mieux se décentrer de soi, se connaitre et renforcer sa capacité à rencontrer l’Autre, compétence fondamentale de l’exercice des métiers de la solidarité. Le questionnement sur l’altérité est ainsi une composante essentielle du projet pédagogique et l’ouverture internationale des formations, au même titre que d’autres expériences, permet à chacun d’en faire l’expérience.
Pour tous les étudiants, du niveau 3 au niveau 7, l’expérience d’une mobilité à l’étranger ou l’accueil d’étudiants étrangers constituent une expérience culturelle, la favoriser est une manière pour ASKORIA d’affirmer l’importance de la culture dans la formation professionnelle. Susciter la curiosité, développer l’autonomie sont autant de bénéfices escomptés au travers d’une expérience de mobilité. Outre la dimension de développement personnel, ces acquisitions valorisent le cursus et enrichissent le curriculum dans la perspective d’une insertion professionnelle."

Marie-Hélène MIOSSEC, Cheffe de projet, mobilités internationales (septembre 2020).