fbpx

En continuant à naviguer sur ce site, vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience.

Index de l'article

"Dans le processus de professionnalisation qui conduit à la diplomation, les compétences à acquérir sont nombreuses et elles amènent l’étudiant à franchir des étapes, incontournables à l’exercice du travail social.
Parmi elles, le travail sur les représentations initiales, la découverte de cultures différentes, le croisement de regard, la construction d’une identité professionnelle dans la confrontation à d’autres pratiques, tiennent une place importante. L’ouverture à l’Europe et l’international participe de cette professionnalisation en créant des situations d’apprentissages propres à déclencher des adaptations, porteuses de changements.

Journee international Sortir du cadre 2019WEB250


S’ouvrir à l’Europe et l’International dans un contexte de développement des migrations, et d’interpénétration des cultures c’est également se confronter à la différence pour mieux se décentrer de soi, se connaitre et renforcer sa capacité à rencontrer l’Autre, compétence fondamentale de l’exercice des métiers de la solidarité. Le questionnement sur l’altérité est ainsi une composante essentielle du projet pédagogique et l’ouverture internationale des formations, au même titre que d’autres expériences, permet à chacun d’en faire l’expérience.
Pour tous les étudiants, du niveau 3 au niveau 7, l’expérience d’une mobilité à l’étranger ou l’accueil d’étudiants étrangers constituent une expérience culturelle, la favoriser est une manière pour ASKORIA d’affirmer l’importance de la culture dans la formation professionnelle. Susciter la curiosité, développer l’autonomie sont autant de bénéfices escomptés au travers d’une expérience de mobilité. Outre la dimension de développement personnel, ces acquisitions valorisent le cursus et enrichissent le curriculum dans la perspective d’une insertion professionnelle."

Marie-Hélène MIOSSEC, Cheffe de projet, mobilités internationales (septembre 2020).

 
 

Une commission de validation des candidatures à la mobilité

Tout stagiaire étudiant d'ASKORIA souhaitant effectuer dans le cadre de sa formation un stage à l'étranger doit faire acte de candidature. Son dossier de mobilité internationale est alors instruit par une commission ad hoc. La commission statue sur la candidature et émet un avis favorable, défavorable ou réservé. La délivrance d'un avis favorable, à ce stade, ne préjuge pas d'une validation définitive du projet de mobilité : cet avis ne vaut qu'accord invitant le stagiaire étudiant à pousuivre ses recherches.

La commission de validation instruit les dossiers à l'aulne de plusieurs critères :
- Le renseignement exhaustif du dossier de candidature.
- La motivation du stagiaire étudiant, la pertinence du projet, son adéquation avec les attendus de la formation (les avis des référents pédagogiques sont ici essentiels).
- L'adéquation entre les compétences linguistiques du stagiaire étudiant et le lieu de stage envisagé; un départ peut être conditionné à une inscription à des cours d'initiation à la langue du pays d'accueil.
- La rigueur et le réalisme du budget présenté.
- La situation gépolitique de la destination de mobilité envisagée.
- La connaissance des expériences déjà vécues par d'autres stagiaires étudiants au sein du lieu d'accueil pressenti.
- Le parcours du stagiaire étudiant, ses ressources sur place (familiales, sociales, professionnelles), notamment s'il est seul à solliciter une destination.
- La prise en compte et la mesure par le stagiaire étudiant des contraintes liées à la mobilité : rattrapage des cours, préparation à distance des dossiers.


Pour passer de l'idée au projet

Depuis les années 2000, ASKORIA s’attache à identifier et sécuriser des stages en Europe et à travers le monde. Une attention particulière est portée aux initiatives innovantes, qui ouvrent des champs du possible et invitent à oser de nouvelles pratiques du travail social.
Le service des mobilités accompagne tout le processus de recherche de stage, de l’identification du terrain à la signature de la convention. Des temps de préparation et de valorisation de l’expérience sont identifiés dans les parcours de formation. 9 étapes successives jalonnent le parcours :

  1. Présentation des opportunités de mobilité et des procédures par le service des mobilités d’ASKORIA en début de formation. Une journée internationale rassemble tous les étudiants de 1ere année de niveau 6. Les ME (moniteurs éducateurs) et TISF (techniciens de l’intervention sociale et familiale) de niveaux 3 et 4 bénéficient d’une demi-journée commune. Les BPJEPS (animateurs sociaux) et les AES (accompagnants éducatifs et sociaux) ont un temps de présentation spécifique à leur promotion.
  2. Dépôt d’un dossier de candidature par l’apprenant intéressé. Les temporalités du dépôt du dossier diffèrent selon les formations.
  3. Validation du projet par le référent pédagogique de l’apprenant puis par la commission internationale (vérification de l’adéquation entre le projet, les besoins de formation de l’apprenant et les référentiels de stages du diplôme préparé, vigilance quant aux conditions de sécurité du pays, à l’isolement de l’étudiant s’il est seul dans la Région demandée).
  4. Proposition d’un terrain connu par le service ou recherche d’un lieu d’accueil par le participant lui-même (contacts par courriels, téléphone, visioconférence). Cette phase se déroule sur plusieurs semaines et fait l’objet d’allers-retours entre le service et l’apprenant. Des réunions collectives de suivi de projets soutiennent la démarche.
  5. Montage du dossier administratif avec le soutien du service des mobilités internationales ; signature des conventions ASKORIA, des contrats de mobilité, des documents liés à la couverture médicale.
  6. Ateliers de préparation au départ : des ateliers sont réalisés sur le site de Rennes à l’aide d’outils tournés vers la connaissance de soi, le dépassement des représentations, l’approche interculturelle. Sur les autres sites, les derniers préparatifs font l’objet d’entretiens individuels avec les chargées de mission et les référents pédagogiques. Les secrétariats et le chef de projet du service des mobilités restent présents pour lever les dernières difficultés administratives et financières.
  7. Pendant le séjour : l’apprenant reste en lien avec son référent pédagogique à minima par courriel. Le service des mobilités reste également en vielle pour gérer les éventuelles difficultés.
  8. Accompagnement au retour : des ateliers collectifs et, ou des entretiens individuels sont proposés au retour des participants pour les aider à mettre leur expérience en mots, à dépasser les éventuelles difficultés rencontrées, à valoriser leurs acquis sur les plans personnel et professionnel, à travailler la transférabilité de leurs compétences. Ces ateliers, se déroulent lors d’une semaine de regroupement spécifique aux stagiaires partis à l’étranger, ASKORIA portant une attention particulière à la réintégration des étudiants dans leur cursus de professionnalisation. A ce sujet, il est important de noter que l’apprenant en mobilité bénéficie d’un parrainage par un apprenant de sa promotion. Le parrain facilite le maintien du lien entre le participant à la mobilité et le groupe de pairs. Il est aussi chargé de soutenir le participant dans l’élaboration et le respect des échéances des travaux à rendre à ASKORIA durant sa mobilité.
  9. Restitutions des expériences : des temps de restitution de l’expérience des participants sont programmés au sein des promotions et à la journée internationale organisée annuellement par ASKORIA.

Afin de mutualiser les expériences et échanger les bons plans les étudiants candidats au départ sont mis en relation avec les étudiants déjà partis.

À ce jour, une cinquantaine de stages sont sécurisés en Europe et au Québec dans tous les champs d’activités des formations d’ASKORIA. Une attention particulière est portée aux structures relevant les défis de société actuels :  l’inclusion des personnes en situation de handicap, la lutte contre les violences faites aux femmes, la protection de l’enfance, le travail communautaire, l’accompagnement de la dépendance.

ASKORIA garde une vigilance sur le contenu du stage qui ne doit pas mettre en péril la diplomation des étudiants. C’est pourquoi, les stages à travers le monde font actuellement l’objet de réflexions pour ajuster les expériences et les attendus de professionnalisation. Des partenariats se dessinent au Pérou, à Madagascar et dans quelques pays d’Afrique. Les conditions géopolitiques de ces pays conditionnent également l’envoi de stagiaires.


Aides aux départs

De nombreux financements individuels ou collectifs publics ou privés sont disponibles pour les stagaires étudiants qui souhaitent réaliser une période d’étude ou de stage à l’étranger.

Le Conseil Régional de Bretagne propose plusieurs types de soutiens financiers pour impulser et accompagner la mobilité européenne et internationale des stagiaires étudiants.

ASKORIA International Aides mobilite Fiche pratiqueA2 V200528 HomeWEB350

Erasmus

Titulaire de la Charte ERASMUS+, ASKORIA peut à ce titre bénéficier d'enveloppes financières de l'Europe pour faciliter la mobilité de ses étudiants sur le territoire de l'Union européenne. ASKORIA instruit chaque projet de mobilité de ses étudiants et au regard des décisions prises, attribue une allocation de mobilité.

> Télécharger les dispositifs d'aides à la mobilité et les critères d'instruction et montant des bourses ERASMUS + (année 2019-2020) - Document mis en ligne le 28 mai 2020
> Télécharger les aides du Consortium B MOUVE de la Région Bretagne - Document mis en ligne le 28 mai 2020

Pour les stagiaires de niveau IV et V (technicien de l'intervention sociale et familiale, moniteur éducateur, animateur social, accompagnant éducatif et social, ...), le montant mensuel de l'allocation de mobilité de stage en Europe peut être sensiblement supérieur; il est notamment fonction du pays de destination et de la durée du stage.

Autres sources de financements possibles

Centre Régional Information Jeunesse
www.enroutepourlemonde.org : réalisé par le CRIJ Bretagne, ce site propose des conseils, des adresses utiles, des informations sur les programmes et des témoignages sur la mobilité à l'étranger.

Région Bretagne
Bourse "Coup de pouce solidarité internationale" : www.bretagne-solidarite-internationale.org

Le Conseil général de votre département
Côtes d’Armor
Prime à la mobilité individuelle : pour les étudiants ou lycéens costarmoricains (dont les parents sont domiciliés dans les Côtes d’Armor), quel que soit le lieu d’étude, effectuant un stage à l’étranger. 4 semaines minimum, dans tout pays, y compris dans les Dom-Tom. Aide variant selon durée et lieu, accordée en fonction des ressources de la famille.
www.cotesdarmor.fr/citoyennete/leducation/les_aides_aux_etudes
Finistère
Aide à la mobilité Horizons :  pour les étudiants finistériens (foyer fiscal familial dans le Finistère), quel que soit le lieu d’études. Pour les étudiants non finistériens inscrits dans un établissement du département : stage ou études de 2 mois minimum dans tout pays. Aide selon un barème distance/durée (dans la limite de 6 mois) basée sur des critères de ressources familiales. Cumulable avec la bourse départementale Horizons ou toute autre bourse du même type. Sont exclus les séjours dans les régions ultrapériphériques de la France (DOM-TOM, collectivités territoriales…).
www.cg29.fr, page sur le dispositif Horizons
Morbihan
Campus Trotter 56 : pour les étudiants morbihannais de 18 à 26 ans, quel que soit le lieu d’étude, effectuant un stage, un séjour d’études ou un séjour de recherche de 4 semaines minimum à l’étranger ou dans les Dom. Foyer fiscal des parents dans le Morbihan, ou si l’étudiant est fiscalement indépendant, foyer fiscal de l’étudiant dans le Morbihan. Plafond de revenu brut global à respecter. Bourse de 400 à 800 Euros selon la destination et la durée du séjour.
www.morbihan.fr/actions/Europe-int/mobilite/bourses
Ille et Vilaine
La bourse « Jeunes à Travers le Monde » : aide individuelle pour des actions innovantes, des défis qui dépasse le seul intérêt du demandeur et qui possèdent des retombées significatives pour l`Ille-et-Vilaine. Séjours à l’étranger d’une durée minimale de 3 semaines. Cette Bourse est accordée aux jeunes du département âgés de 18 à 30 ans inclus et pour des projets individuels ou collectifs (jeunes habitant en Ille-et-Vilaine depuis au moins un an ou dont les parents habitent en Ille-et-Vilaine depuis au moins un an). Stages et études : 50 Euros par semaine échue plafonnée à 500 Euros.
www.international-jtm.com

Les communes
Ville de Rennes : aide financière de la ville de Rennes à des projets associatifs ou d’établissement pour des projets de type : voyages et échanges avec l'étranger dans le cadre du Fonds d'échanges internationaux ; voyages de coopération avec des pays du Sud dans le cadre du Fonds d'aide au développement.
www.metropole.rennes.fr/pratique/infos-demarches/etrangers-international/aide-aux-projets-a-l-international
www.mirennes.fr (Maison internationale de Rennes)